couleuraddict.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Exposition

Fil des billets

dimanche 17 mars 2019

Vasarely au Centre Pompidou

Photo©Sylvie Niel Le Centre Pompidou présente jusqu’au 6 mai une superbe rétrospective consacrée à Victor Vasarely (1906-1997).
« À travers quelque 300 pièces, l’exposition retrace le parcours du père fondateur de l’art optique, et remet en scène ces abstractions vibrantes et déstabilisantes qui ont tant imprégné la société des années 1960-1970. Elle en dévoile le processus de création, basé sur la science, le langage de la communication et celui de l’informatique, voire la cybernétique. Elle en révèle aussi les conditions de production et de diffusion par lesquelles Vasarely cherchait d’une nouvelle manière à briser la séparation entre l’art et la vie. Une occasion unique de découvrir toute l'envergure et la logique de son œuvre restées jusqu'ici mal connues... ».
L’exposition est organisée selon un parcours chronologique, des premiers travaux publicitaires et études graphiques des années 1930 jusqu’à ses « rêveries cosmiques » des années 1960 et 1970.
« L’immense succès populaire que le « plasticien » Vasarely rencontre dans les années 1960-1970 a sans doute dépassé ses propres espoirs… En 1982, cinq sérigraphies sont même emportées par le spationaute Jean-Loup Chrétien à bord de la station spatiale orbitale Saliout 7, donnant à l’œuvre vasarélienne le cadre intersidéral dont elle rêvait… ».

Vasarely, le partage des formes à Paris au Centre Pompidou jusqu’au 6 mai 2019. A voir en famille (les enfants adorent …).

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

lundi 11 février 2019

Installation colorée de Quintessenz

1.jpg Le duo Quintessenz, composé de Thomas Granseuer et Tomislav Topic, crée des installations colorées à grande échelle, brouillant la ligne de démarcation entre le monde numérique et le monde réel.
La plus récente a été commandée par le Paxos Contemporary Art Project de Kagkatika, en Grèce.
Installation réalisée à partir de feuilles de treillis peintes à la bombe et suspendues à des rangées de fils.

ignant-art-quintessenz-011-1440x981

ignant-art-quintessenz-001-1440x969

ignant-art-quintessenz-005-1440x934

Source Ignant

dimanche 20 janvier 2019

Bambou laqué

Photo©Sylvie Niel Sculpture contemporaine de Yonezawa Jiro, « DARUMA », réalisée en bambou madake, acier et laque.
Commande du musée du quai Branly-Jacques Chirac, 2018.
Exposition Fendre l’air – Art du bambou au Japon. Jusqu’au 7 avril 2019 à Paris.

Photo©Sylvie Niel

dimanche 6 janvier 2019

L’Asie rêvée d’YSL

Photo©Sylvie Niel Pour sa première exposition temporaire, le Musée Yves Saint Laurent à Paris présente des créations du couturier inspirées de la Chine, de l’Inde et du Japon.
Les robes somptueuses et les bijoux dialoguent avec des objets asiatiques empruntés à des musées et des collectionneurs privés. Le tout présenté dans une ambiance feutrée, peu éclairé pour préserver les pièces exposées.
A voir jusqu’au 27 janvier 2019.

Le musée a reconstitué le studio de création du couturier.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

dimanche 16 décembre 2018

Olga De Amaral à la Fondation Cartier

Photo©Sylvie Niel C’est à la Fondation Cartier pour l’art contemporain à Paris que la colombienne Olga De Amaral expose ses tissages colorés aériens et mouvants dans le cadre de l’exposition « Géométries Sud, du Mexique à la Terre de feu ».
Exposition à voir sans faute jusqu’au 24 février 2019.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

dimanche 4 novembre 2018

Arts de Madagascar au quai Branly

Photo©Sylvie Niel Le musée du quai Branly-Jacques Chirac à Paris ouvre sa saison d’automne sur une exposition dédiée à « Madagascar, Arts de la Grande Ile. »
« Arts décoratifs, sculpture funéraire, peinture, photographie et création contemporaine : plus de 350 pièces lèvent le voile sur l’art, l’histoire et les cultures de Madagascar, terre d’échanges et d’influences. »
Les textiles sont remarquablement représentés, et en particulier ceux de Razakaratrimo Zoarinivo dite « Madame Zo », née à Madagascar en 1956, qui réalise des tissages contemporains avec des matériaux inhabituels comme des copeaux de bois, des bandes magnétiques, des racines de vétiver ou des fils de cuivre. Un mélange étonnant de matériaux insolites et traditionnels.
A voir au musée du quai Branly-Jacques Chirac à Paris jusqu’au 01/01/19.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

samedi 13 octobre 2018

Miró, Peinture-poème

Photo©Sylvie Niel Jusqu’au 4 février 2019, le Grand Palais à Paris propose une rétrospective remarquable de l’un des plus grands artistes du XXe siècle, le peintre catalan Miró.
« Réunissant près de 150 œuvres dont certaines inédites en France et couvrant 70 ans de création, cette rétrospective retrace l’évolution technique et stylistique de l’artiste. Miró crée à partir de ses rêves et nous ouvre les portes de son univers poétique. »
La couverture du catalogue de l’exposition représente partiellement une toile de l’artiste : « Photo : ceci est la couleur de mes rêves », toile peinte en 1925 à Mont-roig en Tarragone.
« Cette toile radicale de Miró fait figure d’emblème et de programme. Partant de l’idée d’une photographie, Miró n’en fait pas une reproduction, ni même un collage, mais peint soigneusement le mot « Photo » sur le haut de la toile. A son oblique apparait sur un fond neutre, une tache bleue informe sous laquelle est inscrite une légende manuscrite qui a valeur de manifeste : Ceci est la couleur de mes rêves. »

Photo©Sylvie Niel

Il y en a qui rêve en voyant jouer les bleus. Pour Miró, le bleu est la couleur de ses rêves.

vendredi 28 septembre 2018

Kim Chong-Hak le peintre des quatre saisons

Photo©Sylvie Niel Le peintre coréen Kim Chong-Hak expose ses œuvres au musée Guimet sur le thème des quatre saisons.
« Je les aime pour elles-mêmes et pour l’idée du changement permanent qu’elles impliquent. Elles incarnent la vie, le renouvellement, l’énergie. »
« Mais si je devais mettre en avant un élément, je dirais que le plus important, c’est la couleur. Pour moi, la couleur est au moins la moitié de la peinture. »

A voir jusqu’au 1er octobre 2018 au musée Guimet à Paris.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

- page 1 de 11