couleuraddict.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Exposition

Fil des billets

dimanche 27 septembre 2015

Exposition Beauté Congo

Photo©Sylvie Niel La Fondation Cartier pour l’art contemporain présente dans une exposition à travers la peinture principalement mais aussi la musique, la photographie, la sculpture et la bande-dessinée près d’un siècle d’histoire de l’art congolais.
Des œuvres vivantes, colorées à souhait, où l’on découvre des créations plastiques extrêmement variées.
« L’art congolais n’appartient qu’à lui-même. Il est vain de chercher à l’inscrire dans l’histoire de l’art. Il n’y a pas de discours pour conduire le goût, pour justifier un trait, une forme ou une couleur. Cet art s’appréhende par la connivence des regards. » André Magnin, Commissaire général.
A ne pas rater.
Beauté Congo 1926–2015 Congo Kitoko. A La Fondation Cartier pour l’art contemporain à Paris, exposition prolongée jusqu’au 10 janvier 2016.

Photos©Sylvie Niel JP Mika

Photo©Sylvie Niel Pathy Tshindele

Photo©Sylvie Niel Sylvestre Kaballa

Photo©Sylvie Niel Jean-Bosco Kamba

Photo©Sylvie Niel Antoinette Lubaki

Photo©Sylvie Niel La cite idéale de Bodys Isek Kingelez

lundi 24 août 2015

Textiles de Samiro Yunoki

Photo©Sylvie Niel Après Paris et le musée Guimet, l’artiste japonais Samiro Yunoki expose ses œuvres au musée des Arts Asiatiques à Nice. Spécialiste de la technique traditionnelle de teinture sur textile au pochoir le katazome, l’artiste expose des soies teintes inspirées de sensibilités diverses comme le « good design » scandinave, les textiles indiens ou les papiers découpés de Matisse.
La danse des formes, textiles de Samiro Yunoki. Jusqu’au 6 septembre 2015 au musée des Arts Asiatiques à Nice.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

mercredi 5 août 2015

Artisanat et Industrie s’exposent au château de Sainte Colombe en Bourgogne

1.jpg Cette année « objets d’exception et objets du quotidien se côtoient dans une scénographie qui met en lumière la thématique Artisanat/Industrie » au château de Sainte Colombe en Auxois en Bourgogne.
Vous y verrez des pièces iconiques réalisées par des designers de renom comme Gaetano Pesce, Hilton McConnico ou Benjamin Graindorge.
Le lieu est magnifique et l’accueil tout autant.
L’ensemble du programme est là car il y a plusieurs manifestations culturelles pour petits et grands durant le mois d’août et au-delà.

2.JPG

3.JPG

dimanche 1 février 2015

De Koning : espace - couleurs au 104

Photo©Sylvie Niel Au CENTQUATRE à Paris l’artiste néerlandais Krijn de Koning a remodelé un espace du site par une construction architecturale haute en couleurs (25 au total) qui invite le public à « participer à une réflexion contemplative sur la place de l’architecture dans notre vision de l’espace. »
« Ce que Krijn de Koning essaie surtout de mettre en exergue c’est la disparition des murs centenaires du bâtiment derrière cette construction éphémère. Les murs de Krijn de Koning s’émancipent de la structure principale pour créer leur propre délimitation du lieu et perdre le spectateur dans un jeu de questionnement abstrait : « qu’est-ce qui était là avant ? Qu’est-ce qui a été construit après ? »
L’utilisation de la couleur est au cœur du travail de l’artiste :
"La couleur a la faculté d’influencer la perception de la réalité qui nous entoure. C’est un moyen de pointer du doigt et de conditionner une réalité construite pour mettre en exergue un élément particulier et le laisser s’exprimer. Selon la situation, cet élément peut être beau, intéressant ou complexe."

Avant de voir cette installation qui manque un peu d’explications, je vous conseille de lire le dossier de presse.

DE KONING : ESPACE – COULEURS. C’est jusqu’au 05 avril 2015 à Paris au CENTQUATRE.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

dimanche 7 décembre 2014

Les 'Nanas' de Niki

Photo©Sylvie Niel Succès mérité pour l’exposition Niki de Saint Phalle (1930-2002) à Paris au Grand Palais. Cette rétrospective très complète présente chronologiquement et par thèmes, toutes les facettes de cette artiste à la fois plasticienne, peintre, sculptrice et réalisatrice de films. Les œuvres de Niki de Saint Phalle sont formidablement mises en scène et l’on passe d’un univers à l’autre sans s’ennuyer une seconde.
La couleur est omniprésente, forte et souvent agressive à l’image de cette artiste hors norme qui est connue pour ‘le caractère joyeux et coloré des Nanas’ mais dont l’œuvre est aussi –et surtout - marquée par ses souffrances, son engagement politique et féministe.
« Le communisme et le capitalisme ont échoué. Je pense que le temps est venu d’une nouvelle société matriarcale. Vous croyez que les gens continueraient à mourir de faim si les femmes s’en mêlaient ? Ces femmes qui mettent au monde ont cette fonction de donner vie. Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’elles pourraient faire un monde dans lequel je serais heureuse de vivre. » Niki de Saint Phalle.
Pas faux.
Jusqu’au 2 février 2015 au Grand Palais à Paris. Pour en savoir plus vous trouverez sur le site du musée entre autre, l’e-album à télécharger, l’application (gratuite), le dépliant de l’expo et le dossier pédagogique.
Plus de deux cents œuvres présentées, j’ai dû faire un choix … C’est celui des Nanas.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

affichehokusai_0.jpg Et aussi ne manquez pas Hokusai, toujours au Grand Palais jusqu'au 18 janvier 2015.

  • Information construction durable en Bourgogne

image001.jpg 6ème journée de la construction durable en Bourgogne.
Réhabilitation des centres villes et villages. Mardi 16 décembre 2014, salle des séances du Conseil Régional de Bourgogne à Dijon.

mercredi 2 juillet 2014

Lewis Baltz au BAL

Photo©Sylvie Niel Le centre culturel LE BAL dans le 18éme arrondissement à Paris consacre une exposition au travail du photographe américain Lewis Baltz connu pour ses clichés d’une Amérique dégradée où l’homme a rarement sa place.
« Je me suis toujours concentré sur les phénomènes à la marge, ces zones presque invisibles, transparentes, que l’on ne qualifie pas de « paysage. » Lewis Baltz.
L’exposition met également en perspective l’œuvre de Lewis Baltz et le cinéma de Michelangelo Antonioni, Jean-Luc Godard et Alfred Hitchcock.
« Il pourrait être utile de penser la photographie comme un espace profond et étroit entre le roman et le film. » Lewis Baltz.
Lewis Baltz, Common Objects, jusqu’au 24 août 2014 au BAL.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Sont exposées entre autre la série Candlestick Point, 84 tirages d’un terrain vague,

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Et la série The Tract Houses, des façades abstraites en noir et blanc au cadrage impeccable.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

lundi 16 juin 2014

L’Etrange Cité de Monumenta

Photo©Sylvie Niel Proposé par le ministère de la Culture et de la Communication depuis 2007, Monumenta invite un artiste de renommée internationale à investir les 13 500 m² de la Nef du Grand Palais avec une œuvre inédite.
Cette année les russes Ilya et Emilia Kabakov ont créé une ville imaginaire composée de petits bâtiments aux murs blancs, une « Etrange Cité utopique et mystérieuse, à la fois monumentale et intime. »
Cette installation inédite puise ses références dans la Renaissance, le romantisme et la science moderne et constitue la synthèse d’une longue carrière artistique. Imprégnée de l’origine soviétique des artistes, L’Étrange Cité entraîne le visiteur entre rêve et réalité.
Cette année, Monumenta s’appréhende comme un parcours initiatique dans lequel les Kabakov s’interrogent sur la condition humaine et sur «les grandes visions du progrès, de la science et de l’élévation de l’homme, qui ont pu conduire au bord du désastre.» (Ilya Kabakov)

C’est à voir jusqu’au 22 juin 2014.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

A l’intérieur de l’espace 6 « Comment rencontrer un ange ».

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

« La Chapelle sombre » de l’espace 9.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

jeudi 1 mai 2014

Tapis détourné

Photo©Sylvie Niel C’est dans le cadre de l’exposition PERIOD ROOM au Palais de Tokyo à Paris qui vient de se terminer, que les créatrices Aude Marie et Chloé Quenum ont imaginé ce tapis polychrome pour l’escalier monumental du lieu.
« Les deux créatrices ont travaillé sur un objet fonctionnel dont la préciosité et les délais de mode de productions traditionnels sont déjoués par des processus contemporains de déconstruction. »
Tapis de Kâshân, ennoblissement : techniques mixtes.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

- page 2 de 9 -