5.jpg La Musica Deuxième de Marguerite Duras, dit par Fanny Ardant et Sami Frey. ''Editions Des Femmes, La Bibliothèque des Voix.''

image001.png La critique de ce CD est faîte dans le cadre de l'Opération Masse Critique de Babélio.

Quand deux voix magnifiques reconnaissables entre toutes, Fanny Ardant et Sami Frey, lisent un beau texte "La Musica Deuxième" de Marguerite Duras, cela donne un vrai grand moment de plaisir.
Et pourtant c'est l'histoire d'une déchirure, d'un amour passionnel qui s'est transformé en haine, fait d'instants ponctués de bonheur et de blessures irréparables qui les conduiront vers une rupture inévitable.
Ces êtres là, à l'évidence, s'aiment encore. Après trois ans de séparation et le soir de leur divorce, ils se retrouvent sur les lieux de leur amour pour tenter de comprendre l'échec de leur mariage. Dans un premier temps la conversation est presque banale, et peu à peu la parole se libère, se fait plus dense et chacun tente de décortiquer son histoire, d'expliquer ce qui a fait qu'il en est arrivé là.
Sans violence et avec les mots justes et simples de Marguerite Duras, le couple avoue les tromperies mutuelles, les malentendus, les petites bassesses, les envies même les plus tragiques, et aussi le besoin de se reconstruire ailleurs pour elle, loin de lui " Je veux être tranquille, partir loin..." , pour lui, tout près d'elle "Ne pars pas ... j'irai où vous serez."
Dans cette relation il est souvent question de désespoir, de révolte, de fuite et de douleur, mais aussi de nostalgie, de tendresse et d'amour avoué pour toujours.
C'est la première fois que " j'écoutais " un livre, j'ai passé 69 minutes de grande qualité, ponctués de courts instants de musique de Beethoven jouée par Pablo Casals et Rudolph Serkin ( Sonate pour violoncelle et piano n° 2 opus 5 ) et de Duke Ellington ( Black and Blue ). Une expérience que je vous conseille vivement et que je renouvellerai.

Deux phrases du texte où il est question de couleurs...
Elle : " Je me souviens de cette lumière de cinéma jaune, et tout le reste dans l'ombre."
Lui : " Vous aviez cette robe grise, celle des femmes honnêtes."

© couleuraddict.com