couleuraddict.com

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Actualités

Fil des billets

dimanche 17 novembre 2019

Couleurs d’automne à Venise

Photo©Sylvie Niel Hélas la Sérénissime est sous l’eau. Et pourtant l’automne va bien à Venise, quand les couleurs de la végétation sont en parfaite harmonie avec celles des façades...
Jusqu’à quand ?

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Selon Francetvinfo :
« Retardé par des malfaçons et des enquêtes pour corruption, MOSE (Moïse en italien, acronyme de Module expérimental électromécanique) s'appuie sur 78 digues flottantes qui se relèvent et barrent l'accès à la lagune en cas de montée des eaux de l'Adriatique jusqu'à trois mètres de hauteur. De récents tests ont permis d'identifier des vibrations et de la rouille mais, selon le gouvernement italien, il est "prêt à 93%" et sera "achevé au printemps 2021". Initialement, ce système était attendu pour la mi-2019, selon l'Unesco. »
"C'est un projet extrêmement complexe", a reconnu Mme Rössler, la directrice à l'Unesco chargée du patrimoine interrogée par l'AFP, insistant sur le fait que l'Unesco se tenait à la "disposition" de la Ville. L'Unesco avait mis sur pied une mission sur Venise et sa lagune - inscrites au Patrimoine mondial en 1987 - et adressé une liste de demandes aux autorités italiennes en 2015, face aux multiples menaces guettant la cité : tourisme de masse, infrastructures, transports et, notamment, impacts environnementaux liés aux bateaux de croisière et aux pétroliers. Depuis, "tout n'a pas été mis en ordre. Or on voit une amplification des phénomènes extrêmes partout en Méditerranée et à Venise, c'est plus grave, car la ville est déjà construite dans l'eau", a souligné Mme Rössler. »
"L'eau qui monte à 1,87 mètre, on n'a pas vu ça en 50 ans ! C'est un impact énorme sur le bâti, la stabilité des structures, les dégâts aux peintures...", a-t-elle dit, précisant qu'il était encore trop tôt pour faire le bilan de cet épisode d'"acqua alta".

dimanche 3 novembre 2019

Champignon rouge à pois blancs

Photo©Sylvie Niel Beau spécimen d’amanite tue-mouches repéré en forêt bourguignonne.
D’après Wikipedia : « Le nom vernaculaire du champignon dérive du latin fungus muscarum, « champignon des mouches ». Il est commun à plusieurs langues européennes et découle de son utilisation comme insecticide, quand il est mélangé à du lait. Cette pratique aurait été employée en Allemagne, dans certaines cultures slaves, dans la région des Vosges en France, et en Roumanie. »

Mais méfiance, ce champignon est toxique :«Les effets des amanites tue-mouches sont connus pour être imprévisibles. Selon l'habitat et la quantité ingérée (rapportée au poids corporel), les effets vont des nausées et douleurs abdominales à la somnolence en passant par la crise pseudo-cholinergique (hypotension artérielle, sudation, hypersalivation), les bourdonnement d'oreilles, les distorsions visuelles, l'euphorie, l'ataxie et les troubles de l'équilibre.»
Suite des réjouissances et pour vraiment tout savoir sur ce champignon c’est .

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

dimanche 17 mars 2019

Vasarely au Centre Pompidou

Photo©Sylvie Niel Le Centre Pompidou présente jusqu’au 6 mai une superbe rétrospective consacrée à Victor Vasarely (1906-1997).
« À travers quelque 300 pièces, l’exposition retrace le parcours du père fondateur de l’art optique, et remet en scène ces abstractions vibrantes et déstabilisantes qui ont tant imprégné la société des années 1960-1970. Elle en dévoile le processus de création, basé sur la science, le langage de la communication et celui de l’informatique, voire la cybernétique. Elle en révèle aussi les conditions de production et de diffusion par lesquelles Vasarely cherchait d’une nouvelle manière à briser la séparation entre l’art et la vie. Une occasion unique de découvrir toute l'envergure et la logique de son œuvre restées jusqu'ici mal connues... ».
L’exposition est organisée selon un parcours chronologique, des premiers travaux publicitaires et études graphiques des années 1930 jusqu’à ses « rêveries cosmiques » des années 1960 et 1970.
« L’immense succès populaire que le « plasticien » Vasarely rencontre dans les années 1960-1970 a sans doute dépassé ses propres espoirs… En 1982, cinq sérigraphies sont même emportées par le spationaute Jean-Loup Chrétien à bord de la station spatiale orbitale Saliout 7, donnant à l’œuvre vasarélienne le cadre intersidéral dont elle rêvait… ».

Vasarely, le partage des formes à Paris au Centre Pompidou jusqu’au 6 mai 2019. A voir en famille (les enfants adorent …).

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

vendredi 21 décembre 2018

Hiver

Photo©Sylvie Niel Hiver projeté.

Photo©Sylvie Niel

Photo prise à l'Atelier des Lumières.

vendredi 23 novembre 2018

Salon PAGE(S

dgkajcfcicfgkaim.jpg Patricia Sarne expose ses beaux livres d’artiste édités sous le logo des éditions Signum, collectif d’artistes plasticiens, graveurs, photographes, poètes et écrivains, au salon Page(s, Bibliophilie contemporaine & Livres d'artistes
C’est à Paris jusqu’au 25 novembre 2018 au Palais de la Femme, 94 rue de Charonne 75011.

Estampe Ecume et Livre d'artiste Aquae Musica.

P_Sarne_ECUME_3_R.jpg

P_Sarne_Ondes_R.jpg

lundi 1 janvier 2018

2018

Photo©Sylvie Niel Bonne année.

Photo©Sylvie Niel

dimanche 24 décembre 2017

Comment réussir la cuisson de sa dinde grâce à la couleur

1.jpg Etape par étape, la couleur donne le ton de la cuisson.
Facile non ?

Passez de bonnes fêtes !

uncooked-turkey-skin-color.jpg

turkey-skin-color.jpg

cooked-turkey-meat-color.jpg

color-of-cooked-turkey.jpg

cooked-turkey-skin-color.jpg

Source : munsell.com

lundi 16 octobre 2017

« Les Forêts Natales » au Quai Branly

Photo©Sylvie Niel Vous avez jusqu’au 21 janvier 2018 pour voir l’exceptionnelle exposition sur les Arts d’Afrique équatoriale atlantique, « Les Forêts Natales » au musée du quai Branly – Jacques Chirac à Paris.
« Au cœur de l’Afrique équatoriale atlantique, l’aire culturelle embrassant la République gabonaise, la République de Guinée équatoriale, le Sud du Cameroun et l’Ouest de la République du Congo, est une région de grande tradition sculpturale. Le génie plastique des artistes Fang, Kota, Tsogo ou Punu s’est notamment illustré dans une sculpture religieuse liée au culte des ancêtres et aux masques d’esprit. Des arts majeurs qui, dès leur découverte au début du XXe siècle par des artistes comme Picasso, Derain ou Braque, ont été déterminants dans la constitution du regard moderne en Occident. »
Cette exposition présente différentes séries de styles en comparant les formes, les patines, les décors, les couleurs (pigments) et les matières de nombreuses œuvres.
Une exposition rare.

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

Photo©Sylvie Niel

- page 1 de 17